Retour à l'accueil

Promotion et recherche en psychothérapie
d’après la méthode du Docteur Vittoz

Retour à l'accueil

Promotion et recherche en psychothérapie
d’après la méthode du Docteur Vittoz

Accueil > Do you want to speak Vittoz ?

Do you want to speak Vittoz ?

Le docteur Roger Vittoz était très connu dans le monde culturel et bourgeois anglo-saxon. En effet, son père, professeur d’histoire, dirigeait une école à Lausanne pour des étudiantes anglaises en fin de cursus universitaire et son mariage avec Melle de Lenoncourt, fille de marquis parisien, l’ont mis en relation avec la haute bourgeoisie d’origine anglaise [1].

Par cette entremise, Vittoz sera très connu parmi le Bloomsbury Group, qui était un groupe qui réunissait un certain nombre d’artistes et d’intellectuels britanniques ou anglophones depuis les premières années du XXème siècle jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale.

Parmi les membres de ce groupe, il y avait des personnes comme Virginia Woolf (écrivain), John Keynes (économiste) ou Roger Fry (peintre). Dans ce groupe foisonnant, une personne sera vectrice de beaucoup de liens avec le docteur Vittoz : Lady Ottoline Morrell (1873-1938). Elle était une aristocrate anglaise et une femme du monde qui recevait beaucoup. Elle eut une grande influence dans les cercles intellectuels et artistiques, où elle avait lié amitié avec des écrivains tels que Aldous Huxley, Siegfried Sassoon, T. S. Eliot et D. H. Lawrence. Elle eut des liaisons amoureuses avec des hommes et des femmes qui ont compté dans l’histoire, comme le philosophe Bertrand Russell et la femme-peintre Dora Carrington.

C’est par l’intermédiaire de Ottoline Morell que beaucoup de patients « célèbres » ont connus Vittoz, comme :

T. S. Eliot (1888-1965) : poète, dramaturge, critique littéraire américain, naturalisé britannique. Il a reçu le prix Nobel de littérature en 1948. En1921, alors qu’il est en train d’écrire son fameux poème « The Waste Land » (La Terre vaine), il traverse une crise d’aboulie. Sur les conseils d’Ottoline et après la lecture du livre de Vittoz, T. S. Elliot partira à Lausanne pour être suivi par le docteur Vittoz[2].
Beaucoup de chercheurs analysent l’influence de la cure Vittoz sur la rédaction du poème « The Waste Land ». [3]. Ce poème est considéré comme le chef-d’œuvre de T. S. Eliot et comme un classique de la poésie anglo-saxonne du XXe siècle. Certaines de ses phrases sont même entrées dans l’anglais courant.

Sir Julian Huxley (1987-1975) : est un biologiste britannique, auteur et internationaliste, connu pour ses livres de vulgarisation sur la science. Il est le frère d’Aldous Huxley, l’auteur du « Meilleur des Mondes ». Il a été le premier directeur de l’UNESCO et a fondé le WWF. Il était bipolaire et a été suivi par le docteur Vittoz en 1920 [4] [9].

Geoffrey Scott (1884–1929) : écrivain et architecte. Après la séparation avec sa femme, il tombe en dépression et sera suivi par le docteur Vittoz pendant l’automne 1919. C’est durant son séjour en Suisse, qu’il commencera la rédaction de la biographie de Madame de Charrière, appelé « Le portrait de Zélide », pour lequel il obtiendra un prix littéraire. [6] [7].

William James (1842-1910) : est un psychologue et philosophe américain, frère aîné d’Henry James, romancier célèbre. William James est souvent présenté comme le fondateur de la psychologie en Amérique. Il est cité comme patient de Vittoz [4]-[5].

Joseph Conrad (1857-1924) : écrivain anglais, d’origine polonaise. En 1910, il souffre d’une grave dépression. Il est cité comme patient de Vittoz [4]-[5].

Vladimir Rosing (1890-1963) : chanteur d’opéra d’origine russe, et directeur artistique. Dans le début des années 1910, il a été brièvement traité par le Dr Roger Vittoz à Lausanne. Rosing reconnait que Vittoz l’a aidé à évoluer en lui fournissant les outils nécessaires pour exploiter ses énergies mentales et créatives à leur maximum. Rosing s’est inspiré des idées de Vittoz pour les intégrer dans ses méthodes de formation pour chanteurs et acteurs. [8].

Montagu Collet Norman (1871, 1950) : banquier anglais, connu pour avoir été le gouverneur de la Banque d’Angleterre de 1920 à 1944 durant une des plus rudes périodes qu’ait connu l’économie britannique. Il a fait la Une du Time en 1929. Il a reçu le Distinguished Service Order en 1901. Après un burn-out en 1913, il rencontre Carl Jung, puis Roger Vittoz, et décide finalement d’être traité par Vittoz pendant 3 mois [9].

Enfin citons le philosophe Bertrand Russell (1872-1970), philosophe et mathématicien, qui a vécu une liaison passionnée avec Ottoline Morell. Dans une de ces biographies [5], il est écrit que lorsque Lady Ottoline rentrait d’une cure Vittoz et qu’elle lui expliquait les exercices d’élimination pour combattre les idées négatives, celui-ci avait peur qu’elle utilise ces mêmes exercices pour « l’éliminer lui » de sa propre vie.

Pour ce qui est de la possible rencontre entre Vittoz et Einstein et de la supposée phrase d’ Einstein « Le Vittoz changera le Monde », rien de tangible n’a pu être trouvé à ce jour. Notons qu’Albert Einstein prendra la nationalité suisse en 1901 et s’installera à Berne en 1902, où il aura probablement entendu parler du docteur Vittoz, compte-tenu de la notoriété de celui-ci décrit ci-dessus. Notons que Bertrand Russell deviendra ami d’Einstein, et qu’ensemble, ils publieront « le Manifeste » en 1955 contre l’utilisation des armes nucléaires.

Cependant, deux paroles d’Einstein sont citées dans un entretien avec l’auteur [10] :
- « Aucune idée ne peut être conçu dans l’esprit, indépendamment de nos cinq sens » ;
- « Je reconnais que les pensées agissent sur le corps ».

Les deux grands hommes ne se sont peut-être pas rencontrés, mais nous pouvons constater que leur idée et leur conception de l’homme, si.
So, do you want to speak Vittoz ?

Patrick BOBICHON
Thérapeute psychocorporel Vittoz - Instructeur FOVEA
https://bobichonp.wixsite.com/sens-et-conscience?cid=800e5dff-689e-4eb4-a76c-adcfedc67120&utm_campaign=c69a5506-8dcc-40b4-8d48-316c46684d99&utm_medium=mail&utm_source=so

Notes :
[1] « Eliot’s Breakdown and Doctor Vittoz”, Adam Piette, 1995.
[2] “The Making of T.S. Eliot : A Study of the Literary Influences”, Joseph Maddrey, 2009.
[3] “The Expert Hand and the Obedient Heart : Dr. Vittoz, T. S. Eliot, and the Therapeutic Possibilities
of The Waste Land”, Matthew K. Gold, New York University, 2000.
[4] « Letters of T. S. Eliot : 1898-1922, Volume 1 », T. S. Eliot. Dans ce volume, il y a des lettres
envoyées par T. S. Elliot à Ottoline ou J. Huxley, alors qu’il est en traitement à Lausanne avec le
docteur Vittoz.
[5] “Bertrand Russell : The Spirit of Solitude, 1872-1921, Volume 1”, Ray Monk, 1996.
[6] “Stuff of sleep and dreams : experiments in literary psychology”, Leon Edel, 1982.
[7] “A beautiful leisure : the decadent architectural humanism of Geoffrey Scott, Bernard and Mary
Berenson”, Princeton University dissertation, Mark Campbell, 2014
[8] “Wikipedia “Wladimir Rosing”.
[9] “Lords of Finance : 1929, The Great Depression, and the Bankers who Broke the World”, Liaquat
Ahamed, 2009
[10] “A Talk with Einstein”, W. Hermanns, 1943.


retour

Le docteur Vittoz

Espace privé

non connectée
Annuaire des praticiens